• 12 / Aug / 2020
Fermer

Covid19 : Quel impact sur l'entrepreneuriat féminin au Sénégal ?

En cette période de crise, les secteurs d’activités économiques sont très touchés. Cependant, dans son plan national Force Covid19 l’Etat du Sénégal s’incline sur le cas du domaine de l’entrepreneuriat en adoptant une série de mesures pour assister entreprises et entrepreneurs du Sénégal.

Depuis Mars 2020, le Sénégal est confronté à une lutte ardue contre le virus Covid19 qui prend de plus en plus de l’ampleur avec la multiplication du nombre de cas positifs.  Cette crise de santé publique a entrainé la paralysie de beaucoup de secteurs d’activités économique, sociale et sanitaire. Ainsi l’entrepreneuriat féminin n’y a pas échappé et est handicapé. En effet les femmes sont de plus en plus nombreuses à participer au développement économique du pays tant dans le secteur informel que le secteur formel.

Les activités et les commerces en stand-by

C’est le cas de l’initiatrice de Woman Power « Dolél Djiguène », une communauté qui regroupe 5000 femmes constituées d’entrepreneuses, Mme Dabo Aminata Dramé souligne : « le Covid19 a eu un impact immédiat sur mon activité car des ateliers de formations et des foires de commerce prévues ont été reportées et le commerce de la plupart des femmes que j’accompagne a été totalement bouleversé ».

Les régions ne sont pas en marge des conséquences de cette pandémie : « Je ne suis jamais restée autant de temps sans travailler, on ne voit plus les clients et même les petits marchés qu’on gagnait se font rare. Nous avons dû fermer l’atelier pour réduire les charges » souligne Adiaratou Dembélé, grande couturière vivant à Fatick.

Le numérique, une aubaine pour faire décoller certains business

Pour les femmes travaillant dans la sphère numérique, cette situation est une occasion en or pour leur business de se révéler au grand jour, selon Yacine Diop, directrice générale de Sensupermarche.com, une épicerie virtuelle qui écoule des produits locaux et des produits de toutes les grandes surfaces du Sénégal : « En deux ans d’existence c’est en cette période de crise sanitaire que mon site a plus d’affluence, plus de trafic et mes ventes ont haussées considérablement. Aujourd’hui Sensupermaché s’est positionné comme acteur dans le marché du e-commerce alimentaire », elle enchaina : « le constat que j’ai fait est que mes clients sont majoritairement des sénégalais et cela me pousse à dire à mes compatriotes de ne pas voir peur de s’adapter aux changements et d’utiliser les nouvelles technologies ». 

Des fonds de riposte pour décanter la situation

C’est ainsi en réponse à la pandémie du Coronavirus plusieurs structures étatiques ont mis en place des programmes de riposte afin de limiter l’impact négative qu’à cette situation sur le business des femmes entrepreneurs. C’est le cas de la Délégation générale à l’Entreprenariat Rapide (DER) qui pour appuyer les PMEs octroie 1,5 Milliard FCFA de financements dénommés « Prêts COVID-19 DER » pour le fonds de roulement au profit des bénéficiaires en difficulté, afin d’assurer le règlement de leurs charges d’exploitation pendant trois mois, incluant les salaires dans le but de sauvegarder les emplois créés ; 500 Millions FCFA pour l’accélération du processus de mise en place des deuxièmes décaissements sur les encours de crédits de 2019, prioritairement pour l’aviculture, l’agriculture, l’artisanat et les services avec des montants allant de 3 à 15 millions FCFA par entreprise bénéficiaire.

Le Ministère en charge de la femme a mis la main dans la pâte en initiant le projet dénommée « Les femmes font partie de la solution » qui consiste à s’approvisionner en riz produit par les femmes pour alimenter les familles vulnérables, ONUFEMMES a répondu favorablement à la demande du Ministère en acceptant de financer la phase pilote, il contribue à hauteur de 100 270 000 Francs CFA en partenariat avec BNP Paribas en appui aux femmes dans l’agriculture et le développement durable.